Au travers des projets artistiques, 1er Siècle développe trois axes concrets  d’expérimentations : la création, la diffusion, les applications transversales :

1/ Création d’installations artistiques ou de formes spectaculaires dans lesquelles le spectateur est « actant » : 1er Siècle orchestre la création plastique, les arts visuels et numériques, la mise en scène et en espace en ayant en tête le défi que représente chaque fois ce rapport au public inédit. En faisant appel, avant tout, à la créativité du spectateur, chaque projet propose une reconstruction personnelle de l’œuvre à laquelle ce dernier participe. En re-pensant l’œuvre dans son environnement, en qualifiant le regard portée sur elle, 1er Siècle pense l’expérience tant au niveau individuel que collectif.

2/ Développement de nouveaux modes de diffusion : Il existe aujourd’hui une demande forte de médiation des institutions culturelles comme les musées qui mettent en place des politiques des publics de plus en plus riches et innovantes. 1er Siècle fait le lien entre les services des publics des musées et les artistes. L’association met en place des coproductions spécifiques permettant d’atteindre des objectifs communs : attirer des « non-publics » plutôt sensibles aux formes contemporaines d’expressions artistiques, favoriser l’adhésion à un propos par un regard décalé et poétique, déclencher des processus nouveaux d’interprétation chez les spectateurs…

3/ Rapprocher cette recherche artistique autour de l’art du spectateur de champs d’application concrets : Un grand nombre d’expérimentations, particulièrement dans le domaine des installations artistiques croisant art plastique, art visuel et interactivité, ouvre des champs de possibles pour des muséographes, les architectes, les chorégraphes et les metteurs en scène qui ont besoin de développer des dispositifs contenu / support / interface de grande qualité. 1er Siècle provoque la rencontre avec les artistes.